😳 Tu rentres dans le moule ou tu sors !

Cette phrase : “Dans le moule on s’abime” est de la chanteuse Suzanne, plus particuliĂšrement de sa chanson “Pas beaux” que j’avais dĂ©couverte en 2020 lors d’un confinement [Extrait] —

“Puisque nos corps sont des chiffres
Soustraits Ă  des standards
Pour rentrer dans l’moule on s’abĂźme
Se courbe aux lignes des magazines
Garder la ligne c’est tout un art”

Ces paroles traitent l’angle du moule physique et esthĂ©tique d’une culture occidentale qui fait l’apologie des tailles XS, en particulier chez les femmes.

Mais le sujet des injonctions à rentrer dans un “moule” est bien plus vaste (unfortunately).

Suzanne fait partie de ces voix qui ont une sacrée plume.

Je vous propose aujourd’hui d’ĂȘtre de ces plumes qui ont une sacrĂ©e voix 🙂


Au programme :

1 – Anecdote courte : “Tu rentres dans le moule ou tu sors”

2 – “So good they can’t ignore you” (Cal Newport) : le message Ă  contre-courant de ce livre

3 – Nouveau livre numĂ©rique BILS : j’ai besoin de vous 💙


1 – Anecdote courte : “Tu rentres dans le moule ou tu sors”

Le soleil chauffait notre salle de cours de plein fouet.

Nous Ă©tions une vingtaine d’élĂšves de Terminale Ă  bavarder en attendant notre prof d’espagnol. Le meilleur de l’établissement.

Peut-ĂȘtre mĂȘme de tous les temps.

Monsieur L. Ă©tait de ces personnes aussi talentueuses qu’insupportables dont on tolĂšre les folies comme monnaie d’échange d’un enseignement hors pair.

GrĂące Ă  lui, mon Ă©valuateur Ă  l’oral au Bac m’avait demandĂ© si j’avais des origines madrilĂšne.

GrĂące Ă  lui, j’étais tombĂ©e amoureuse de l’Andalousie et en Andalousie, lors d’un voyage de classe.

GrĂące Ă  lui, j’avais trouvĂ© un rĂ©pit latin exaltant au coeur d’un cursus envahi par des cours d’anglais “bilingue” aussi chaleureux que le ciel londonien.

Mais un jour, Monsieur L. Ă©tait arrivĂ© avec 3 minutes de retard, sapĂ© comme jamais et sĂ©rieux comme toujours. Il y avait de l’orage sous ses sourcils Ă©pais.

Je l’avais fixĂ© avec cette fausse nonchalance habituelle qui cachait mon malaise dans un systĂšme scolaire que je trouvais Ă©touffant. Il m’avait rendu un regard aussi froid qu’une arme de picador.

— Maria, el chicle* ! (*le chewing-gum”)

Je me rappelle avoir sursauté et mis un certain temps à comprendre de quoi ce prof de bien mauvais poil voulait parler.

Comprenant subitement que mon chewing gum AirWaves au cassis n’était le bienvenu ni dans ma bouche, ni dans sa classe, j’avais tournĂ© ma tĂȘte vers la droite, en attente de ses instructions.

— En la basura* ! (*dans la poubelle), m’avait-il dit sùchement en pointant la poubelle du bout du doigt.

Je m’étais levĂ©e lentement pour ne surtout pas donner l’impression d’obĂ©ir Ă  son Ă©lan d’autoritarisme que j’apprĂ©ciais assez mal.

Mais il avait insisté, le bougre :

— Tu rentres dans le moule ou tu sors !

Il savait comment me glacer. Je me souviens de cette phrase 22 ans aprĂšs comme si c’était hier. Ce jour-lĂ , j’avais regardĂ© la porte et je m’étais dit que pour rien au monde je ne rentrerais dans le moindre moule.

Encore moins pour un chewing gum. Encore moins le sien. Joder.

Et puis, j’ai flanchĂ©.

J’avais 16 ans, j’aimais bien mon prof, lui aussi m’aimait bien. Et ce jour lĂ  j’avais choisi de cracher mon chewing-gum et de ravaler mon Ă©go tout en faisant un pacte avec moi mĂȘme.

Je lui obéissais pour sauver les apparences mais je me promettais de tracer mon chemin en résistant à vie et sans relùche à toutes sortes de conformisme.

— ¡ Bien. Buenas tardes a todos !

Soutenir ce post sur Linkedin

 

 

Source https://ih1.redbubble.net/image.715428786.2510/flat,1000×1000,075,f.u1.jpg

 


 

2 – “So good they can’t ignore you” (Cal Newport) : le message Ă  contre-courant de ce livre

Quand j’ai commencĂ© Ă  travailler en freelance, tout le monde lisait ce livre.

Sauf moi 🙂

J’étais concentrĂ©e sur les ouvrages amĂ©ricains de rĂ©fĂ©rences en copywriting pour sonder le monde passionnant de la publicitĂ© et des manoeuvres verbales.

3 ans plus tard, je dĂ©cide enfin d’entamer le livre “So good they can’t ignore you” de Cal Newport et j’aimerais vous faire part de son message surprenant en quelques lignes.

Newport s’évertue Ă  dĂ©montrer tout au long de son livre que vouloir exercer un “mĂ©tier passion” est une grosse erreur qui mĂšne trop souvent Ă  la dĂ©sillusion et au dĂ©sarroi.

En revanche, il explique qu’un chemin plus efficace et prolifique consiste à dĂ©velopper des compĂ©tences Ă  un tel niveau d’excellence que le monde vient vous chercher de lui mĂȘme et que votre mĂ©tier devient passionnant.

Vous saisissez l’énorme nuance entre ces deux visions ?

  • Le moule : “faites ce qui vous passionne et votre vie sera exceptionnelle”
  • L’anti moule : “faites des choses exceptionnelles et votre vie sera passionnante”

Ma spĂ©cialitĂ© Ă©tant dans la synthĂšse et les formats courts, je n’irai pas plus loin : vous avez l’essentiel.

Mais j’ai quand mĂȘme une derniĂšre chose sympa Ă  vous annoncer dans la 3Ăšme et derniĂšre partie de cette missive. 👄 —


3 – Nouveau livre BILS : j’ai besoin de vous 💙

Je suis sidĂ©rĂ©e depuis un moment maintenant par la vision binaire que les gens ont du web et des rĂ©seaux sociaux – notamment de Linkedin.

  • Soit on est un(e) vendu(e), Ă©talĂ©(e) comme une carpette aux pieds des algorithmes et on s’en fout plein les poches.
  • Soit on est un(e) artiste libre et original(e) qui ne s’abaisse pas Ă  respecter des codes avilissants et on renonce Ă  sa visibilitĂ©.

C’est du bullshit. Ces deux visions sont autant un moule l’une que l’autre.

  • Suivre tous les codes et imiter son voisin pour ĂȘtre sĂ»r(e) de bien faire est un moule d’un ennui sans nom, qui mĂšne Ă  l’invisibilitĂ©.
  • Ne suivre aucun codes sous prĂ©texte de vouloir rester soi mĂȘme est un autre moule que je trouve assez stĂ©rile et qui mĂšne tout autant Ă  l’invisibilitĂ©.

Ces 3 derniĂšres annĂ©es, j’ai dĂ» trouver un Ă©quilibre “urgent”, pour gagner ma vie, prĂ©server ma santĂ© mentale, prendre le temps d’adresser une errance mĂ©dicale qui m’a pompĂ© une Ă©nergie et un temps dingues, dĂ©velopper ma plume et augmenter la qualitĂ© de mes missions – tout Ă  la fois.

Je n’aurais jamais pu continuer de rembourser ma maison tout en allant chez un nouveau mĂ©decin toutes les semaines et tout en continuant de faire grimper mes compĂ©tences si je n’avais pas choisi quels codes suivre et quels codes rejeter.

C’est pour cette raison et pour aider toutes celles et ceux qui ont du mal Ă  trouver l’équilibre entre le jeu du web et leur propre identitĂ©, que j’ai choisi d’intituler le prochain livre numĂ©rique BILS :

“Ecrire en public : suivez ces 5 codes et cassez tous les autres” (livre numĂ©rique en cours d’écriture).

Ce livre est en prĂ©-vente Ă  15€ au lieu de 25€ pour une sortie prĂ©vue le 1er novembre. Tout est Ă  Ă©crire.

DĂ©couvrez le contenu temporaire !

Je l’offre par dĂ©faut Ă  toutes les personnes inscrite Ă  un coaching BILS 1, 30 ou 90 jours entre le 1er septembre et le 31 octobre.

💌 Avant de nous quitter, je serais heureuse et reconnaissante que vous me disiez par mail, les “codes” ou “habitudes” qui vous semblent faciles Ă  suivre d’une part et difficiles Ă  suivre d’autre part – dans vos prises de parole.

Merci 💙