les mots changent le monde cercle des poetes disparus

Le monde me semble diverger de plus en plus. Se ramifier.

Il y a d’une part ceux qui ne jurent que par les chiffres, les statistiques, les taux ou autres “metrics”.

D’autre part ceux qui ne peuvent plus s’en contenter. Qui pensent que l’humanitĂ© ne peut plus indĂ©finiment se nourrir de lignes comptables, de croissance et d’acquisition de leads.

Les uns sont jugĂ©s insensibles, aliĂ©nĂ©s, complices d’un monde qui va trop vite et qui fuit son essence.

Les autres, poĂštes dĂ©calĂ©s, les pieds et la tĂȘte dans les Ă©toiles, sympas mais dĂ©phasĂ©s. Quand ils ne sont pas littĂ©ralement “inutiles” pour notre sociĂ©tĂ©.

Pourtant 


Quand Thomas Pesquet dĂ©collera de Cap Canaveral au printemps 2021 Ă  bord de la capsule Space X pour rejoindre l’ISS, le moindre chiffre comptera. Sa vie en dĂ©pendra mĂȘme. C’est toute la magie du risque pris par les astronautes Ă  chacune de leurs expĂ©ditions mais aussi de la confiance inouĂŻe qu’ils vouent Ă  ceux qui en tiennent les commandes.

Mais


> Quand il s’agit de dĂ©noncer des faits abejctes comme des abus sexuels rĂ©pĂ©tĂ©s, rĂ©vĂ©lĂ©s par exemple dans le livre “un si long silence” de la championne de patinage artistique Sarah Abitbol – il faut bien des mots.

> Quand Zola Ă©crit “J’accuse”, sa lettre ouverte au prĂ©sident de la rĂ©publique FĂ©lix Faure, pour dĂ©noncer l’injustice de l’affaire Dreyfus, il fallait bien des mots.

> Quand U2 Ă©crit son “Sunday Bloody Sunday” et fait hommage Ă  la tuerie de manifestants nord-irlandais pacifistes par des soldats britanniques, Ă  Derry en 1972 – c’est certes par la musique mais aussi par des mots.

Les mots peuvent vendre, Ă©videmment.

Mais les mots sont un sésame vers la liberté.

Ils permettent de relever, d’enseigner, d’éveiller, de rassembler, de rĂ©conforter, de pardonner, d’aimer, de dĂ©noncer, de se battre, de condamner, de dĂ©fendre et tellement plus encore.

Si vous n’avez pas les mots, vous n’avez pas les armes pour ce monde.

Cette Ă©dition consacrĂ©e aux mots, 3Ăšme pilier de la dĂ©marche Bend it Like Socrate, vous est dĂ©diĂ©e. Pas seulement Ă  vous qui rĂȘvez d’écrire un livre, un poĂšme, une chanson. Mais à vous qui devez pas seulement vivre mais exister.

Les mots sont partout et leur pouvoir est infini. Ils peuvent construire mais aussi détruire. Ils peuvent panser les plaies ou en créer. Ils peuvent vous aider à vendre ou vous discréditer.

Ne les prenez pas à la légÚre, apprenez à les aimer. Quant aux chiffres et autres données, ils sont parfois essentiels quand ils sont bien utilisés.

Seuls comptent la continuitĂ©, la cohĂ©rence ou “l’alignement” (comme le dĂ©crit notre invitĂ©e de luxe de cette Ă©dition : Marjolaine Revel) entre qui vous ĂȘtes et comment vous vous mettez au service du monde.

Le reste n’est que vanitĂ©.


👀 Lire l’Ă©dition intĂ©grale

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous Ă  la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *