missive bend it like socrate

Je ne vous parlerai pas de DIY, de déco et de couleurs.

 

On peut avoir du goĂ»t sans ĂȘtre fonciĂšrement crĂ©atif.

Ou, ĂȘtre profondĂ©ment crĂ©atif mais tellement dĂ©phasĂ© que l’on (de)meure incompris de ses contemporains.

Ou mĂȘme, s’auto proclamer artiste de gĂ©nie, par le seul fait que l’on est incompris, prĂ©cisĂ©ment. Reverse thinking. Oui, oui.

Mais peu importe les goĂ»ts et les couleurs (mĂȘme si le goĂ»t sera d’ici quelques lignes, mis Ă  l’honneur).

Peu importe les prétentions, les préférences, les visions.

Je déclenche cet édito, un peu particulier, comme une urgence contre le mensonge.

Je veux aborder la créativité dans son enjeu maximal. Dépasser les clichés, les convenances et la tyrannie de la pensée positive qui anesthésie parfois le mal mais aussi trop souvent le bien.

Je veux mettre de cĂŽtĂ© si ce n’est Ă  la poubelle, la vision bien trop partielle d’une crĂ©ativitĂ© qui se dĂ©finirait par du visible et du palpable, lĂ  oĂč son expression suprĂȘme est pleine d’intangible.

Je veux vous inciter à vous élever,

à vous libérer,

peut-ĂȘtre mĂȘme à vous relever.

A travers mon expĂ©rience personnelle ardue de l’endomĂ©triose qui au delĂ  des miens, bouleverse coeur, corps et Ăąmes de millions de femmes, je ne peux PAS vous livrer une vision Ă©triquĂ©e d’une crĂ©ativitĂ© qui vous priverait de vous mĂȘme.

Ce serait injuste.

Pourtant ce n’est pas mon tĂ©moignage dont il est question dans les lignes qui suivent. C’est celui du rappeur et plume Gringe. Collaborateur d’Orelsan Ă  de multiples reprises, traversĂ© par plusieurs Ă©pisodes dĂ©pressifs et accompagnant d’un frĂšre schizophrĂšne, Gringe a transcendĂ© une souffrance qui n’a pas d’autre nom, pour porter ses talents plus haut.

Si je ne vous souhaite pas de souffrir comme lui, je vous souhaite de ne pas attendre le dĂ©clic qui vous ferait élever votre crĂ©ativitĂ© aux sommets. Il n’est jamais trop tĂŽt pour s’élever, mais il peut ĂȘtre trop tard.

Voici 5 conseils prĂ©cieux Ă©noncĂ©s par Gringe lors d’une Masterclass (agrĂ©mentĂ©s de mon regard 👀) :


Apprivoisez vos démons

Quand on accepte de confronter ses fonctionnements parfois nocifs ou destructeurs, on se dĂ©voile, on se dĂ©couvre. Puis on apprend Ă  les tenir Ă  distance. Mais il faut avoir su les regarder en face un jour.Vous n’ĂȘtes pas que votre lumiĂšre. Votre ombre a aussi des choses Ă  vous dire.

La nouvelle difficile Ă  entendre est que personne ne vous sauvera de vous mĂȘme. La bonne est que votre pouvoir est immense.

Votre liberté aussi.


Acceptez les traversées du désert

De tous temps, les traversĂ©es du dĂ©sert physiques et spirituelles ont existĂ© et portĂ© du fruit.On ne peut PAS crĂ©er comme on produit. Vous lirez que derriĂšre le sujet de la traversĂ©e du dĂ©sert de Gringe, il y a ma conviction profonde qu’il faut bannir l’expression “production de contenu”.

Respectez votre crĂ©ativitĂ©, respectez vos temps de jeĂ»ne, de jachĂšre, de rĂȘverie.

Respectez votre rythme. Vous n’ĂȘtes pas des machines et le monde a besoin d’ñmes qui crĂ©ent, pas de mastodontes qui produisent.


Pratiquez la gymnastique de la régularité

Gringe parle d’écriture et incite Ă  Ă©crire tous les jours. Mais ce conseil est valable pour toute forme de crĂ©ativitĂ©. MĂȘme si la crĂ©ativitĂ© ne se dompte pas, elle se cultive.Contrairement Ă  ce que l’on peut imaginer, la rĂ©gularitĂ© n’est pas un cadre enfermant. C’est un cadre libĂ©rateur. Un espace qui Ă©mancipe du “tout intellectuel” et devient une permission non nĂ©gociable pour exprimer ce que vous avez Ă  dire, Ă  Ă©crire, Ă  peindre, Ă  façonner, Ă  chanter, Ă  conceptualiser, 
.


Assumez vos créations publiquement

Ce conseil est rĂ©current chez les crĂ©atifs mais aussi les porteurs de projet. Quand j’ai voulu lancer cette missive, je l’ai annoncĂ©e suffisamment tĂŽt pour avoir le temps de faire les derniers arrangements finaux mais pas trop non plus pour ne pas mettre l’idĂ©e sous le tapis et me dĂ©filer (ce que j’ai dĂ©jĂ  fait avec d’autres idĂ©es !).Alors avant d’ĂȘtre 100% prĂȘts, annoncez publiquement une crĂ©ation Ă  venir et ne reculez plus. Vous pouvez aussi choisir de ne jamais la partager. J’en connais qui dĂ©testent inviter le regard de l’autre Ă  se poser sur l’emergence de leurs trĂ©fonds. Tant que c’est votre choix et qu’il vous honore. Ne changez rien.


Renoncez aux appels de la notoriété

Ce sujet m’inspire Ă©normĂ©ment.Quand on aime crĂ©er, du moins Ă©crire, on aime souvent ĂȘtre lu.

Quand on crĂ©e une marque, on veut qu’elle soit connue.

Quand on exerce un métier de services, on veut que ses prestations sortent du lot, existent, soient différenciées.

 

Mais comment chercher la reconnaissance, le partage, l’échange, tout en prĂ©servant sa tranquillitĂ© ?

Gringe tĂ©moigne d’une Ă©poque de forte notoriĂ©tĂ© oĂč sa quĂȘte d’avantages et de privilĂšges le mangeaient. Cette quĂȘte humaine peut perdre n’importe qui s’il n’a pas pris la prĂ©caution du recul. Faire perdre la tĂȘte mĂȘme. Mais Gringe Ă©nonce sans l’ombre d’une hĂ©sitation que : “la sollicitation permanente est une dĂ©pendance terrible. On n’existe plus. C’est du fuel pour l’ego qui finit par brĂ»ler.” – je vous ai enregistrĂ© un audio de 20min, plus lĂ©ger mais super ludique qui vous aidera Ă  rĂ©flĂ©chir Ă  votre propre quĂȘte de notoriĂ©tĂ© et Ă  la forme que vous pourriez vouloir lui donner.


{J’ai hñte que vous me disiez quels profils vous choisirez}

👇👇👇
🎧 5 nuances de notoriĂ©tĂ© : et vous lĂ  dedans ?

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous Ă  la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *